Portrait

Sous les projecteurs : Qui est Flóra Borsi ?

11 juillet, 2017

Écrit par: Jens-Linus Lundgren-Widén

Sous les projecteurs est une série d’articles qui présente des passionnés de photographie sur le point de laisser leur empreinte. Nous avons le plaisir de vous présenter la photographe et artiste visuelle Flóra Borsi, célèbre pour ses magnifiques auto-portraits.

Autodidacte et extrêmement talentueuse, Flóra Borsi se définit comme une photographe et une artiste visuelle. Elle est connue pour ses auto-portraits fascinants et doit son succès à la série Animeyes. Dans ce projet, elle crée des images extraordinaires en utilisant son incroyable talent de retoucheuse et de créatrice d’images.

En regardant son portfolio, il est difficile de croire qu’elle est toujours étudiante à l’université Moholy Nagy de Budapest. Pour cette photographe autodidacte de 23 ans, qui utilise Photoshop depuis qu’elle a 11 ans, le talent de photographe est indissociable d’une post-production créative.

« Comme j’ai toujours aimé dessiner, ma sœur m’a offert un abonnement à Photoshop. C’était une vraie nouveauté pour moi. J’ai d’abord testé les fonctions et appuyé au hasard sur les boutons. Au fil des années, j’ai continué à apprendre en expérimentant et en regardant des tutoriels. »

Photographier au flash

Flóra ne voulait pas se contenter de manipuler des images provenant de Google. Elle voulait créer quelque chose d’original et de personnel. Il allait de soi qu’elle allait commencer à prendre des photos.

« À 15 ans, j’ai gagné un Canon EOS 40D et commencé à apprendre les bases de la photographie. Au début, je ne comprenais pas très bien les règles d’utilisation de la lumière et tout ce qui va avec. »

Quelques années plus tard, Flóra a réalisé qu’elle n’était pas satisfaite des images qu’elle prenait : « Petite, je me demandais comment les grands maîtres avaient pu créer des photographies si parfaites. Mon père m’a alors parlé des flashes qu’ils utilisaient pour obtenir le résultat recherché. J’ai su que je devais apprendre à me servir d’un flash. j’ai alors trouvé un travail pendant l’été et j’ai acheté mes deux premiers flashes. Mon père est ingénieur. Il adore la photographie classique et m’a donné des conseils sur la façon d’utiliser mes flashes.

« J’ai commencé à utiliser le Profoto B1 peu après. J’ai besoin de sources de lumière rapides et puissantes. Celles-ci me permettent de prendre des photos que je ne pouvais pas prendre auparavant. Dans mes images, je saute et je remue souvent la tête et je peux maintenant figer cela. C’est ce que j’ai toujours voulu ! »

Être son propre modèle

Flóra est toujours son propre modèle, ce qui représente à la fois un réel avantage et un véritable défi. Il est parfois plus facile de faire les choses soi-même que de demander à d’autres de les faire.

« Si je veux montrer une émotion à l’aide des expressions du visage, c’est plus facile pour moi de poser, car je sais exactement ce que je veux. »

« Mais souvent, il peut être beaucoup plus fastidieux de créer les images. Lorsque je fais une erreur, je ne peux pas la corriger immédiatement. Je dois regarder le résultat de la première prise, puis refaire la photo pour l’améliorer », indique Flóra, qui explique qu’elle préfère photographier avec une seule lumière en studio pour une question de simplicité.

« Je n’effectue pas de séances en extérieur. Je ne veux pas être dehors avec un trépied à prendre des photos de moi devant un public curieux. J’aime travailler en studio, car je peux planifier chaque petit détail. Je fais mes propres choix et je sais à l’avance vers quoi je veux aller. »

Lorsqu’on lui demande ce qui l’inspire, Flóra mentionne quelques photographes qui ont influencé son travail : Tim Walker, Istvan Sandorfi, Gottfried Helnwein, Solve Sundsbo et Marton Perlaki.

« J’adore la peinture, qui a un véritable impact sur mon travail. »

Art visuel et post-production

Pour Flóra, Photoshop est le logiciel idéal pour retoucher ses photos.

« Mais parfois, je ne manipule pas mes images, j’ajuste simplement les couleurs dans Lightroom. J’ajoute des détails aux images et je les retouche ». « J’aime créer une photo qui ressemble à une peinture. C’est pourquoi je me définis à la fois comme photographe et artiste visuelle. »

« Mon travail est très personnel. Je trouve mon inspiration dans ma vie, mes souvenirs, mes sentiments, les événements que j’ai vécus », explique-t-elle pour décrire son processus créatif.

« L’art est une thérapie. C’est ma manière de traiter mes émotions. Comme une confession. »

Écrit par: Jens-Linus Lundgren-Widén

Produits utilisés dans cet article

Campagne

Profoto B1X

OCF Softbox Octa

OCF Speedring

Air Remote TTL