Documentaire

Mettre en valeur l’humanité avec le B1 et l’OCF Beauty Dish

05 décembre, 2016

Écrit par: Seth Chandler

Jeremy Snell, photographe basé à Hawaï, parcourt le monde en prenant des portraits en extérieur. Il partage son temps entre des contrats publicitaires et des projets pour des organisations à but non lucratif. Lors de son récent voyage en Éthiopie, il s’est rendu compte que l’OCF Beauty Dish était indispensable pour les portraits qu’il prenait pour une association travaillant sur des projets liés à l’eau.

« J’ai un attrait particulier pour les portraits rapprochés et les portraits de personnes dans leur environnement. Je crois que des portraits intenses en disent souvent plus sur l’histoire et le mystère d’une personne que toute autre chose », explique Jeremy. « J’aime aussi accéder à des environnements et des milieux vraiment inhabituels et trouver des façons d’intégrer mes sujets à ces espaces. »

Voyageant dans des endroits reculés du monde entier, Jeremy a absolument besoin que son équipement soit à la fois portable et pratique, mais aussi puissant. « Le Profoto B1 Off-Camera Flash est absolument indispensable dans mon flux de travail, sur tous mes projets. Je suis toujours époustouflé par l’autonomie très élevée qu’il offre, grâce à ses batteries portables, ainsi que par sa capacité à supplanter la lumière du soleil. »

L’OCF Beauty Dish, « un indispensable pour chaque séance »

Lors de projets récents, il a voyagé avec deux B1 Off-Camera Flashes, une 5′ RFI Octobox et un OCF Beauty Dish White. Dans de nombreux lieux, il n’avait pas d’assistant. L’OCF Beauty Dish était donc parfait pour les situations exigeant de la rapidité.

« Dans les villages, je me promène souvent avec mon appareil photo dans la main droite et mon pied d’éclairage dans la main gauche. Avoir à disposition un flash et un modeleur compacts est un atout précieux en termes de portabilité ou dans des scénarios de grands vents. J’ai fini par ne plus compter le nombre de parapluies réfléchissants qui se sont envolés. L’OCF Beauty Dish est sans doute mon équipement Profoto favori. Il m’est devenu indispensable pour chacune de mes séances. »

Jeremy dit qu’il a toujours été un fan du bol beauté, car l’atmosphère qu’il crée est unique en son genre. Les bols beauté standard présentent des inconvénients en voyage. « L’OCF Beauty Dish est parfait pour moi, car il se plie complètement à plat et produit toujours le même rendu incroyable que je recherche. Le montage et le démontage sont simples et ne prennent que quelques minutes. Ce bol beauté est également idéal en intérieur, car je souhaite généralement une source douce sur un visage, et un modeleur plus grand prendrait trop de place. »

Une lumière de qualité constante est indispensable

Au-delà du sujet en lui-même, Jeremy explique que la façon dont il capture la lumière détermine finalement à quoi ressemblera la photographie et l’ambiance qu’elle évoquera. « Comme mon travail est plus proche du documentaire commercial que du photojournalisme, j’ai tendance à aborder la création de scènes ou de portraits davantage avec un œil de styliste », explique-t-il. « Le processus commence par l’analyse de la scène et la construction visuelle de la photographie. Je demande ensuite à mes sujets de faire quelque chose ou d’aller à un certain endroit. Il s’agit de savoir activement ce que je veux dans le cadre et de placer ou d’enlever des éléments jusqu’à ce que tout soit parfait. L’éclairage Profoto m’aide à peaufiner ce que je visualise et à capturer chaque situation avec l’ambiance exacte que je recherche. »

Profiter d’une lumière de qualité constante tout au long de la journée de prises de vue est également crucial, car il n’est pas toujours possible de photographier dans des conditions d’éclairage ou des lieux idéaux. « Le mois dernier, lors d’un projet en Éthiopie pour Charity: water, j’ai dû prendre des portraits individuels pour un village entier, soit plus de 400 personnes », se souvient-il. « On m’a octroyé environ 5 à 10 minutes par personne, et je voulais que les images aient une apparence similaire et cohérente, même si les prises de vue ont eu lieu à différents endroits et heures de la journée.

J’ai choisi comme solution un B1 avec des gélatines de correction de couleur OCF (1/4 CTO) et l’OCF Beauty Dish White pour chaque portrait. « Si je me souviens bien, je n’ai même pas ouvert un autre modeleur ! », explique-t-il. « Ces outils m’ont permis d’être flexible avec mon environnement et d’obtenir des images à l’apparence soignée et cohérente. Modifier les paramètres de puissance du B1 pendant la prise de vue avec l’Air Remote m’a également été d’une grande aide ».

Une fraction de seconde de confiance et de vulnérabilité

Dans l’ensemble, Jeremy choisit des projets qui incitent à l’entraide et mettent en valeur l’humanité en chacun de nous. « Que je travaille pour une organisation à but non lucratif ou une entreprise, les scénarios sont généralement les mêmes pour mon travail en extérieur », dit-il. « En fin de compte, j’espère donner un aperçu de qui est la personne que je photographie. Il est important pour moi qu’elle manifeste un certain degré de confiance et de vulnérabilité face à l’appareil photo, même si ce n’est que pour une fraction de seconde. »

Pour voir d’autres projets de Jeremy Snell, consultez son site Internet : http://www.jeremysnell.com/

ou consultez son compte Instagram : www.instagram.com/jeremysnell

Écrit par: Seth Chandler